avril 2022
28 29 30 — 19h |
mai 2022
01 — 16h
ÉDIFICE WILDER - Espace Danse

Les jeux du crépuscule

Ariane Boulet

1/4

Introduction

Les jeux du crépuscule est un événement qui multiplie les occasions d’interroger notre rapport individuel et collectif au vieillissement et à la maladie. Rassemblant une oeuvre d’art vivant, une installation visuelle, un recueil de poèmes, un atelier pour la co-présence, un espace de parole pour les proches-aidants et un cercle de rêve, cet événement polyphonique cherche à multiplier les perspectives sur le sujet et, surtout, à susciter des expériences et des déplacements intérieurs.

Crédits

Une coprésentation avec Tangente.

Direction artistique et création :
Ariane Boulet 

Conception des paysages sonores :
Tom Demers

Oeils extérieurs :
Nicolas Filion, Sophie Michaud, Sarah-Ève Grant

Vidéaste :
Robin Pineda-Gould

Chercheure en technologies de la conscience et de la présence :
Stefanie Blain-Moraes

Artiste visuelle :
Marie-Hélène Bellavance 

Coproduction :
Danse-Cité, Je suis Julio

Soutiens financiers :
Conseil des arts du Canada, Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des arts de Montréal, Ville de Montréal

Images:
Illustration Lucy M. May · Photo Emily Gan

Direction musicale et composition :
Marie Vallée 

Interprètes créateur·rices :
Audrey Bergeron, Joannie Douville, Lucy May, Isabelle Poirier, David Rancourt, Georges-Nicolas Tremblay, Julie Tymchuk

Conception éclairages et scénographie :
Audrée Lewka 

Médiatrice et psychologue :
Florence Vinit

Poète et médecin psychiatre :
Ouanessa Younsi

Texte poétique :
Clémence Dumas-Côté

Codiffusion :
Danse-Cité, Tangente

Résidences et partenaires :
Pôle Territoire Danse, en collaboration avec le Musée d’art de Joliette, le Centre culturel Desjardins, le Carrefour culturel de Notre-Dame-des-Prairies et Diffusion Hector-Charland, CCOV, Studio 303, Espace le vrai monde?, Maison de la culture Rosemont Petite-Patrie.

Démarche

C’est à une célébration de la noblesse de l’être entier que Les jeux du crépuscule se destine, aux lieux incarnés et métaphysiques où celle-ci émerge : les relations, les champs de force, les niveaux de conscience. L’événement est une invitation à s’ancrer dans le vivant, et, devant lui, à acquiescer à son mystère, dans la confiance des sources souterraines qui l’alimentent.  

“ C’est Mouvement de passage qui a engendré l’idée de cet événement inspiré de 6 années de visites dansées dans nombre de CHSLD. L’intention était de créer une œuvre-témoin qui transcende les mémoires physiques, sensorielles et émotives de chacun·e des artistes ayant nourri le projet, et de poser les questions essentielles ayant émergé de cette expérience substantielle et transformatrice. Mouvement de passage m’aura appris qu’en étant à l’écoute, pleinement en soi, en se laissant toucher par l’autre, les rôles sociaux normalement assignés pouvaient se dissoudre. Sans le prévoir, les résident·es des CHSLD ont suscité ce bouleversement épatant et nous ont permis d’accéder à un ailleurs.

Avec Les jeux du crépuscule, j’espère une œuvre qui aille au-delà d’un simple témoignage qui “métabolise le vécu” des danseur·euses et musicien·nes, mais qui reflète l’expérience profonde et singulière qui se manifeste dans le moment de rencontre entre deux inconnus réunis dans la présence. Rappelant l’assemblage imprévu de personnes dans un même CHSLD, j’espère restituer à la fois l’humeur et la profondeur des relations qui règnent en ces lieux. Il s’agit également pour moi d’une invitation à atténuer les frontières entre les générations et à modifier les perceptions sur le rôle et l’apport des personnes âgées à l’univers social. Bousculant la pensée établie, l’œuvre est imaginée comme un manifeste en éloge à la maladie comme partie intégrante de la santé, comme processus, comme transformation. Nous vieillissons tous au même rythme. En se portant à la rencontre d'autres générations, nous rencontrons d’autres parties de nous-même. C’est à notre propre fragilité intérieure que revient la responsabilité de ré-enchanter le monde. “​​

— Ariane Boulet

Biographies

Ariane Boulet est une artiste de la danse qui agit activement tant comme interprète que créatrice, et comme co-directrice de l’organisme Je suis Julio qui réfléchit nos pratiques artistiques à partir d’un modèle de gestion horizontal et de valeurs d’écoute et de communauté. Comme interprète, elle s’enthousiasme et plonge en studio et sur scène pour une vingtaine de chorégraphes depuis 2009. Elle a aussi créé et co-créé au sein de Je suis Julio une dizaine d'œuvres filmiques, scéniques, in situ et performatives portées par un symbolisme qui lie l’intime au politique à travers différents territoires. Dans une quête de ce que l’œuvre permet de rencontre et de partage, elle termine en 2014 une maîtrise en danse où elle s’intéresse à la création en milieu de soins. Depuis 2015, elle guide son projet-phare de visites dansées en Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) qui intègre la danse à un contexte de résidence d’habitation pour personnes en perte d’autonomie et en fin de vie, et leur propose un contact privilégié et sensible avec leur corps et leur créativité. Elle a depuis facilité plus de 200 visites dansées dans une vingtaine de CHSLD de Montréal et ses environs. La mise en place de ses projets hors normes et la co-gestion de son modèle organisationnel d’entreprise atypique lui ont permis d’acquérir d’excellentes compétences en gestion et en animation de projet. Elle agit aussi en médiation culturelle et en enseignements d’ateliers professionnels, pour déployer l’importance de créer des contextes où vivre la danse et transformer notre rapport sensible au monde.