Vega

Emmanuel Jouthe

Spectacle reporté à une date ultérieure. Gardez l'œil ouvert !

VEGA est un mouvement scénique articulé autour de quatre danseur.se.s. Ils.Elles ont comme principale contrainte physique le va-et-vient entre deux lieux : une circonvolution qui prend le temps de déposer des anecdotes de corps et d’état et un espace système pour esquisser des rencontres certaines et cadrer des impressions de cohabitations.

en collaboration avec les danseurs. se. s Élise Bergeron, Rosie Constant, James Phillips, Marilyne St-Sauveur

Christine Charles répétitrice
Hugo Dalphond conception éclairages
Antoine Berthiaume composition musicale
Estelle Charon conception costumes
Mélanie Primeau direction technique

Dans un espace commun, un quelque part en inertie autour de soi, la trajectoire de VEGA est une orbite qui suggère l’intangible mue du corps comme vecteur de renaissance, de délivrance.

La pièce s'affranchit de l’approche dramaturgique et de la composition chorégraphique auxquelles Emmanuel Jouthe s’intéresse habituellement.

Le terreau de VEGA interpelle l’absence et la présence. Ponctuée par le poids de la prose, habitée par l’élan des costumes et la dynamique corporelle engagée des danseur.se.s, la proposition jouit d’une première rencontre collaborative avec de nouveaux.elles concepteur.rice.s lumière, costume et musique.

Emmanuel Jouthe est chorégraphe et directeur artistique de DANSE CARPE DIEM/EMMANUEL JOUTHE. Depuis 20 ans, il a réalisé plus d’une quinzaine de pièces. En quête d’une relation de proximité sincère entre le.a spectateur.rice et la danse, il explore et crée en questionnant le corps et le mouvement à travers des territoires scéniques et des liens artistiques diversifiés ainsi que par le biais de concepts comme l’Autre, la Beauté et l’Authenticité.

En plus de son projet phare Écoute pour voir (2008), il compte à son répertoire Staccato, Rivière (2007) et When We Were Old (2013), trio et duo dans lesquelles il a dansé, ainsi que les pièces de groupe Cinq humeurs (2010) et Suites perméables (2017) et le duo Rigel& Betelgeuse (2018) pour le public en extérieur.

Photos
Vega

8 juin 2020

« Toujours difficile de s’y faire.
La mort de nos aimés. Le dernier mot à l’économie.
La force du viral...
La proximité paradoxale entre la manifestation mondiale du corps vulnérable et la mobilisation éparse contre les standards monolithiques et unicolores dans le monde.
D’un respirateur artificiel à “ I can’t breath ! “ Qui parle ?
Les aînés, les vulnérables et ceux qui sont différents ? Les arbres, les autres vivants ?
Les autres vivants… Ça c’était hier, ça reviendra demain pour ceux qui ont oublié.
Ne pas oublier si possible et prendre du recul ?
Finalement la sagesse de la distanciation, la richesse des espaces entre.
… Le temps de réinventer une autre spirale.
Toujours difficile de s’y faire, l’art est tellement spectacle.
À moins que nous comprenions enfin.
Oui, peut-être de l’argent mais surtout des moyens.
Des moyens de vivre avec intégrité, ça ce n’est pas de l’économie.
De l’espace et du temps,
Le monde !
De l’air et de l’art. »

Emmanuel Jouthe

coproduction Danse-Cité & Danse Carpe Diem | Emmanuel Jouthe

soutien financier
Conseil des arts du Canada, Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des arts de Montréal, Operaestrate Festival Veneto

résidences de création
Operaestate Festival Veneto

photo d'entête : Libre de droit