Papillon

Helen Simard

Les spectacles en salle sont malheureusement annulés, mais Papillon est là. Assistez à sa webdiffusion et à sa retransmission (voir dates ci-bas).

Découvrez le programme de la soirée ici.

 

Webdiffusion
5 novembre 2020 > 19 h 30
Coréalisée en direct par Frédéric Baune et Helen Simard,
de la scène de La Chapelle Scènes Contemporaines
Billets : 6,50 $ (taxes incluses)
retransmission sur le Web
du 13 novembre, midi, au 15 novembre, 18h

Billets : 6,50 $ (taxes incluses)

Que peut-on attendre de l’inattendu ? Que peut-on reconnaître dans le chaotique, dans un monde régi par l’imprévisibilité ? Combinant les esthétiques des danses de rue et contemporaines, PAPILLON juxtapose trois solos et musique expérimentale live dans un trio au maillage complexe explorant les limites fines entre ordre et désordre.

en collaboration avec les interprètes Nindy Banks, Mecdy Jean-Pierre, Victoria Mackenzie, Rémy Saminadin, Roger White, Ted Yates

Roger White direction musicale
Jody Burkholder ingénieur son
Robin Fisher scénographie
Stéphanie Fromentin répétitions
Hannah Kirby direction technique et conception éclairages
Alexandra Landé conseil artistique
Mathieu Leroux dramaturgie
Nalo Soyini Bruce conception des costumes

Helen Simard © Roger White_2020Mecdy Jean-Pierre  © Helen SimardNindy Banks  © Helen SimardRoger White  © Helen SimardTed Yates  © Helen SimardVictoria Mackenzie  © Helen SimardWalid El-Mounzer  © Helen Simard

« Dans le langage courant, le mot « chaos » désigne un état de confusion ou de désordre total. Mais en mathématiques et en physique, le chaos désigne plus précisément la relation compliquée entre l'ordre et le désordre, compte tenu des éléments qui contribuent à un équilibre délicat entre les deux. La théorie du chaos examine les schémas complexes qui nous entourent, en se demandant comment de minuscules changements ou ajustements des conditions initiales d'un système complexe peuvent conduire à des résultats radicalement différents et apparemment imprévisibles. Comprendre le chaos nous permet de nous attendre à l'inattendu, de reconnaître l'ordre dans le hasard, et de réaliser que ce que nous percevons comme un désordre est en fait une série de niveaux d'ordre entrelacés, interdépendants et se repliant les uns sur les autres.

C'est cette compréhension nuancée du chaos qui sert de point de départ conceptuel à PAPILLON. Dans mon travail, je m'efforce de créer des spectacles de danse interdisciplinaires qui déclenchent des états de surcharge sensorielle pour nous éloigner de la pensée logique et nous amener à vivre l'art de manière plus émotive et viscérale. Mon espoir est de donner de l'espace aux espaces désordonnés, bruts et instables de la vie. Dans cette nouvelle création, les danseurs et les musiciens se produiront ensemble dans un état de réalité en perpétuelle redéfinition, où des images et des émotions fortes émergeront soudainement, pour être ensuite déplacées ou brisées sans préavis. L'exploration du chaos m'a permis d'embrasser les paradoxes du monde qui m'entoure et d'accepter tout ce qui est beau mais dérangeant, familier mais étrange.

Avec PAPILLON, je travaille avec trois danseur.se.s très différent.e.s : Nindy Banks, Victoria Mackenzie et Mecdy Jean-Pierre. J'ai dû arrêter de faire du b-girling il y a quatre ans à cause de blessures chroniques, et redécouvrir la façon dont je dansais après m'être entraînée d'une manière spécifique pendant tant d'années. Avec ce projet, je souhaite explorer comment ma signature gestuelle peut être travaillée dans l'expression d'un corps imaginaire ou d'une identité collective unique qui existerait entre les interprètes et moi, me reconnaître dans leur danse, tout en reconnaissant simultanément l'espace que le danseur occupe en moi. »

  Helen Simard

Helen Simard est une chorégraphe qui œuvre depuis 2000 à Tiohtiá:ke, ou Montréal. Après avoir travaillé avec un collectif de création en danse urbaine et contemporaine (Solid State Breakdance) pendant douze ans et participé à neuf créations à plusieurs têtes, elle décide de mener ses propres projets, en 2012. Elle convie musicien.ne.s et danseur.se.s en studio pour créer des spectacles interdisciplinaires souvent assourdissants, dont On the Subject of Compassion (2011), Can You Hear Me? (2017) et Dance Side of the Moon (2018). Elle importe les codes de la musique rock au théâtre, faisant de la salle de spectacle un espace de liberté, un peu plus convivial qu’à l’ordinaire. Durant six ans, elle mène une recherche tentaculaire sur l’icône du punk rock américain Iggy Pop et mêle ses délires hallucinatoires aux danses cathartiques de ce performeur légendaire dans une trilogie Pop : NO FUN (2014), IDIOT (2017) et REQUIEM POP (2019). Elle est présentement artiste en résidence à Playwrights's Workshop Montréal jusqu’en 2021, dans le cadre de leur laboratoire d'écrivains interdisciplinaires. Elle profite de cette occasion pour écrire sa première pièce de théâtre, when your baby dies. En 2019, elle fonde la compagnie Créations Interdisciplinaires We All Fall Down avec le compositeur Roger White.

Bachelière en danse contemporaine de l'Université Concordia (2000), Helen Simard détient une maîtrise en danse (UQAM, 2014).

We All Fall Down (WAFD) est un organisme à but non lucratif qui soutient et promeut la création, la recherche, la diffusion et l’innovation en danse, en musique et en théâtre, et ce par une pratique interdisciplinaire. Fondée en décembre 2019, la compagnie formalise 20 ans de collaboration artistique entre la chorégraphe Helen Simard et le compositeur Roger  White. Sous leur codirection artistique, WAFD valorise le spectacle vivant comme lieu d’expérimentation et de prise de risque afin de déconstruire/réinventer le corps et ses façons d’entrer en relation avec le temps et l’espace —  tant pour les performeur.euses que pour les spectateurs.trices. À travers les créations de WAFD, le corps est parlant, dansant, musical, impulsif, vulnérable, hybride, puissant, disloqué, émotif.

Roger White est un musicien, compositeur et producteur de disques de Tiohtiá:ke/Montréal. Il est membre du groupe Dead Messenger, dont la musique a été diffusée par plusieurs services de télévision et de webstreaming, ainsi que dans le film  Chien de garde, acclamé par la critique. Il a travaillé en tant que coréalisateur et guitariste avec le groupe Kingston Allstars, qui met en vedette de célèbres musiciens jamaïquains à l’avant-garde des styles rocksteady et reggae. Il compose également de la musique pour la danse, collaborant régulièrement avec la chorégraphe  Helen  Simard. En  2019-2020,  Roger White a été artiste en résidence au Centre Segal des arts de la scène, dans le cadre d’un  programme intitulé Mentorat en arts juifs. Il a profité de cette occasion pour entamer des recherches pour un projet sonore interdisciplinaire, Because You  Never  Asked,  basé  sur  les  racines  juives allemandes et polonaises de sa famille, en explorant son  histoire  dans  l'Europe d'avant et d'après- guerre.

Remy Saminadin : Originaire de la Guadeloupe, c’est le gwoka, un instrument traditionnel qui amène Remy Sminadin  à la musique dès l’âge de 6 ans. Il s’intéresse quelques années plus tard à la batterie. À 18 ans, Remy Saminadin part étudier en France et intègre plusieurs groupes de style musical varié. En 2006, il est l'un des membres fondateurs du groupe lyonnais Electrophazz; il entre au conservatoire Hector Berlioz en batterie Jazz en 2008 et commence à enseigner la musique. À Montréal depuis 2011, il a progressivement intégré la scène locale : on l’a notamment vu avec Greg Noël, Future Flight ou encore BodySlam. Depuis 2014, il travaille sur différents projets d’Hélène Simard tels que 100 Manifestes, No FUN et IDIOT.

Walid El-Mounzer est né dans une famille de musiciens : des sept frères et soeurs de son père, il n'y en a pas un qui ne connaisse pas un instrument ou une harmonie vocale. Les réunions familiales se transformaient généralement en jam-sessions de groupe, et c'est lors d'une de ces jam-sessions, à l'âge de cinq ans, que Walid est tombé amoureux des percussions pour la première fois. Walid El-Mounzer a étudié la composition de jazz au Collège Vanier et, peu après avoir obtenu son diplôme, il a commencé à en tournée à travers le Canada avec de nombreux artistes différents comme The Skinny, Patrick Lehman, Venus Furs et en Europe avec la chanteuse et compositrice accomplie Cécile Doo-Kingué.

Chanteur, compositeur, guitariste, producteur et, bien sûr, batteur, Walid El-Mounzer est plus heureux lorsqu'il fait de la bonne musique avec de bons musiciens.

Victoria Mackenzie – alias Vic Versa – débute la danse à un très jeune âge. Après avoir exploré plusieurs styles, elle complète ses études à L’École de danse contemporaine de Montréal en 2013. Elle est également active dans le milieu du break dance depuis 2008. Elle danse pour différentes compagnies et chorégraphes, tels que Tentacle Tribe, Helen Simard, Le Cirque du Soleil et Alias Dance Project ; et pour des festivals / producteurs tels que Breakin’ Convention, Summer Dance Forever, Urban Moves, PamAm Games, Festival 100Lux, Tangente et Festival Quartiers Danses.

Ses oeuvres solo TheStoryProject (2014) et Identity Binding (2017) ont été présentées à Montréal et Toronto par 100Lux, TUDS et Tangente. Comme chorégraphe, elle a créé Hexad Myriad pour l’École de danse contemporaine de Montréal (2016).

Mecdy Jean-Pierre : Le montréalais Mecdy Jean-Pierre – alias Venom – a d’abord découvert les danses traditionnelles haïtiennes, telles que le zouk et le konpas, lors de réunions et de célébrations familiales. À l’adolescence, en 2001, il est membre fondateur du groupe de dancehall Kinemon.

C’est après la découverte du style du popping en 2005 que Mecdy Jean-Pierre – sous le pseudonyme Venom – a commencé à se faire une place dans le milieu de la danse de rue. Mecdy Jean-Pierre est également l’un des fondateurs du groupe Symbiotic Monsters, qui a représenté le Canada pendant deux années consécutives au concours international Juste Debout en France, où il était finaliste en 2012 et demi-finaliste en 2013. Il a également collaboré avec plusieurs chanteurs québécois tels que Lukay et Marie-Mai et a été danseur principal dans la production Temnein (2013) de la compagnie Art-Terre, présentée en Haïti et à Montréal au Théâtre Le Gésu.

Nindy Banks commence sa formation en hip hop en 2006 auprès de plusieurs des pionniers du hip hop à Montréal et aux États-Unis. De 2010 à 2014, elle danse pour la compagnie de danse 24K [Ör Pür] dirigée par Cindy « GoldyLocks » McAuliffe. En 2015, elle complète son baccalauréat en danse contemporaine à l'UQAM où elle a appris de chorégraphes de danse contemporaine de renommée internationale : Victor Quijada, Danièle Desnoyers et Fred Gravel, pour n'en nommer que quelques-uns. Elle s'entraîne également en krump avec Vladimir "7Starr" Laurore et Valérie "Taminator" Chartier et rejoint le collectif 7 * Skopez. En 2017, Nindy rejoint la compagnie de danse Ebnfloh d'Alexandra "Spicey" Landé dans laquelle elle continue de développer son art. Elle jongle avec la danse contemporaine, le hip hop et le krump à travers divers projets lui permettant de voyager au Canada, aux États-Unis et en Europe.

Ted Yates est musicien sur la scène musicale montréalaise depuis 25 ans. En plus des nombreux groupes dont il a été membre ( Dead Messenger, Rhythm Mercenaries, Rothchilds), il a également travaillé avec divers grands talents de la musique canadienne, dont Jordan Zadorozny (Blinker The Star), Tim Doyle (Planet Smashers), Johnathan Cummings (Doughboys, Bionic, USA Out Of Vietnam), Jace Lasek (The Besnard Lakes) et Ian Blurton (The Cowboy Junkies, Change Of Heart, C'mon) et a interprété et écrit de la musique pour la chorégraphe Helen Simard (NO FUN, IDIOT, Reqiem POP, Can You Hear Me). Il mange actuellement une  «pizza pocket» et regarde par la fenêtre au lieu de faire ce qu'il était censé faire.

Marie-Reine Kabasha : Active sur la scène montréalaise de la danse depuis 2013, Marie-Reine MQueen Kabasha allie son amour du mouvement en tout genre à son plaisir du partage dans toutes ses pratiques. En freestyle, comme au théâtre, chaque opportunité d’expression la nourrit. Ses collaborations la mènent à travailler auprès de figures marquantes de la danse urbaine à Montréal ainsi qu’à l’international. En 2014, elle intègre notamment, à titre d’interprète, la compagnie EBNFLOH, fondée par Alexandra Spicey Lande et, en 2016, la compagnie Tentacle Tribe. Elle collabore également avec le collectif parisien de waacking Ma Dame Paris, en 2019. Marie-Reine Kabasha nourrit un intérêt grandissant pour la recherche et la création. En 2013, elle cocréait avec Christina Paquette la pièce TNM, qui sera présentée au Festival de danses urbaines 100Lux et Orbite, en 2018, dans le cadre du festival OFFta. Elle entame présentement un projet de recherche sur son propre langage nommé Trigger point. 

Photos
Nindy Bank  © Helen SimardMecdy Jean-Pierre © Claudia Chan TakMecdy Jean-Pierre, Victoria Mackenzie © Claudia Chan TakNindy Banks © Claudia Chan TakMecdy Jean-Pierre, Victoria Mackenzie © Claudia Chan Tak
Vidéos

« Comment créer pendant le confinement ?  Comment sommes-nous ensemble alors que nous sommes seul.e.s ? Comment pouvons-nous générer de l'empathie, et non des images ? Comment pouvons-nous voyager dans le temps tout en étant dans le moment présent ? Comment faire le deuil de ce que nous avons perdu tout en nous tournant vers l'avenir ? Comment pouvons-nous apprendre à nous asseoir confortablement dans la friction ? Comment pouvons-nous être tridimensionnels dans un cadre bidimensionnel ?  »  

 Helen Simard

coproduction Danse-Cité & Créations Interdisciplinaires We All Fall Down

résidences de création
Centre de création O Vertigo, Carrefour culturel de Notre-Dame-des-Prairies, en collaboration avec Diffusion Hector-Charland, Danse à la Carte, La Chapelle Scènes Contemporaines, Playwrights' Workshop Montréal, Maison de la culture Notre-Dame-de-Grâce

soutien financier
Conseil des arts du Canada, Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des arts de Montréal

photo d'entête : Mecdy Jean-Pierre  © Claudia Chan Tak

La Chapelle Scènes Contemporaines
3700, Rue Saint-Dominique
Sherbrooke
Billetterie LA CHAPELLE : 514.843.7738
Les espaces ne sont pas accessibles aux personnes à mobilité réduite.