Saison 2017-18

Vendredi 8 septembre 2017 -- 19 H
David Albert-Toth & Emily Gualtieri
27. 28. 29. 30 sept. - 4. 5. 6. 7 oct. 2017 - 20 H
David Pressault
26. 27. 28. 31 oct. + 1. 2. 3. 4 nov. 2017 - 20H
Jérémie Niel
14. 15. 16 mars 2018 - 19 H + 17 mars 2018 - 16 H
La 2e Porte à Gauche
22. 23. 24 + 27. 28. 29. 30. 31 mars 2018 - 20 H

Abonnez-vous à notre infolettre

EROS JOURNAL

David Pressault

| David Pressault Danse

Traces-Chorégraphes
26. 27. 28. 31 oct. + 1. 2. 3. 4 nov. 2017 - 20H
Jeudis-causeries : Rencontre avec les artistes après la représentation du 2 novembre. Animation : (à venir)
THÉÂTRE PROSPERO
1371, rue Ontario Est
Beaudry ou Berri-UQAM
Billetterie : 514 526-6582

Ode à Éros : l’amoureux de psyché, celui qui, de ses fléchettes, engendre la rencontre, et force la transgression vers l’inconnu et parfois l’interdit. Dans EROS JOURNAL, six danseurs, trois femmes, trois hommes, incarnent pulsions physiques, pulsions de créativité, jeux sexuels et rôles sexués, en vue de se laisser prendre par ce jeune adolescent, Éros, qui nous invite dans nos manques.

En déclinant l’œuvre en une série de vignettes se jouant des stéréotypes et des tabous romantiques et érotiques, David Pressault s’empare de cette Traces-Chorégraphes pour dévoiler un portrait bigarré de l’amour. L’œuvre est évolutive, vulnérable, sensuelle, parfois narcissique, parfois suggestive. Sachant par ailleurs qu’au détour, la danse comme forme d’art, n’est pas exempte d’Éros.

Pour un public averti, elle convoque subtilement le spectateur à une introspection sur ce qu’est l’Éros. En toute liberté… 

Chorégraphie : David Pressault
Interprétation et collaborateurs à la création : Angie Cheng, Dany Desjardins, Karina Iraola, Kimberley De Jong, Gabriel Painchaud, Daniel Soulières
Artiste visuel : Gareth Bate

Conception des éclairages : Lucie Bazzo.

Arrangement sonore : Michel F. Côté,

Costumes : Camille Thibault-Bédard
Conseillère artistique : Sophie Michaud 

Résidence : Théâtre Prospero, Danse à la carte, CCOV [Centre de création O Vertigo]

 

Angie Cheng © n/aDany Desjardins © Ulysse Del Drago Gabriel Painchaud © Anne-Flore de Rochambeau Karina Iraola © Maxime Tremblay Kimberley De Jong © Sergio Veranes Daniel Soulières © Nicolas Ruel
EROS JOURNAL | Kimberley De Jong, Gabriel Painchaud © Danse-Cité EROS JOURNAL | Kimberley De Jong © Danse-Cité EROS JOURNAL | Angie Cheng, Dany Desjardins, Kimberley De Jong, Gabriel Painchaud © Danse-Cité EROS JOURNAL | Dany Desjardins © Danse-Cité EROS JOURNAL | Angie Cheng © Danse-Cité EROS JOURNAL | Kimberley De Jong © Danse-Cité EROS JOURNAL | Karina Iraola © Danse-Cité EROS JOURNAL | Kimberley De Jong © Danse-Cité EROS JOURNAL | Gareth Bate © Danse-Cité

« […] En convoquant stéréotypes et fétiches sur scène, David Pressault et son sextuor livrent une pièce toute en souplesse où s’incarnent les pulsions et fantasmes libidineux. Se faisant, ils parviennent à toucher à la part lumineuse de l’éros dans un équilibre et une rare égalité entre les sexes en scène quand il est question d’érotisme et de devenir miroir des désirs. » - Mélanie Carpentier, Le Devoir, Éros Journal : érotisme et funambulisme, 27 octobre 2017

« Que ce soit par la danse, le texte, par la chanson ou le jeu, on nous montre six interprètes qui cherchent ce qu’on pourrait appeler l’émancipation totale d’être, mais surtout d’être sexué en se foutant bien de rester dans les eaux de la ligne normative. » - Audray Julien, DF DANSE, Sous la peau du quidam, 29 octobre 2017

«  Une démonstration parfaitement réussie en une petite heure trop courte pour ce chorégraphe atypique […] » - Gilles G.Lamontagne, Sors-tu.ca, Éros Journal au Prospero | Du grand art!, 28 octobre 2017

«  De la musique pop, une mise en scène simple, quelques graphiques évocateurs, et voilà que comment un défilé des plus beaux clichés que nous pouvons avoir sur le Dieu grec de l’amour. (…) S’il [David Pressault] prend bien soin de nous mettre à l’aise dans ce décor familier, c’est seulement pour mieux déconstruire par la suite cette image populaire et nous introduire dans son univers fantasmatique. » - Anaïs Gachet, Nevros’arts, L’éros sur scène, 28 octobre 2017

« Présenté dans la série Traces-Chorégraphes, avec laquelle Danse-Cité encourage la danse d’auteur et la création de nouvelles écritures chorégraphiques, le spectacle offre une vision éclatée de la sexualité, un peu comme si le chorégraphe proposait au spectateur de regarder son rapport à l’érotisme à travers un kaléidoscope. » - Mathieu Carbasse, JEU, Eros Journal : Coït interrompu, 28 octobre 2017

Une production de Danse-Cité, en collaboration avec David Pressault Danse. Avec le soutien financier du Conseil des arts et des lettres du Québec. 

© 2017-2018 Danse-Cité - Services internautiques fournis par jm+