3 juillet, 2020

En attendant de vous dévoiler en août l’entièreté de la programmation et des activités qui feront la saison 20-21, Danse-Cité a le plaisir de vous révéler que la chorégraphe et directrice artistique Helen Simard sera l'autrice de l'une des créations. Sa nouvelle œuvre Papillon réunira sur scène les interprètes Nindy Banks, Victoria Mackenzie & Mecdy Jean-Pierre, et les musiciens Rémy Saminadin, Roger White & Ted Yates. Distribution complète, dates et lieu suivront. Restez à l'affût !

Helen Simard est chorégraphe qui œuvre depuis 2000 à Tiohtiá:ke, ou Montréal. Après avoir œuvré dans un collectif de création en danse urbaine et contemporaine (Solid State Breakdance) pendant 12 ans et participé à 9 créations à plusieurs têtes, elle prend le tournant 2012 de mener ses propres projets. [lire +]

6 mai, 2020

" Une époque qui semble si lointaine, un moment où l'être et le groupe marche dans la même cadence. D'un même corps, une multitude d'humains s'unissent pour ne faire qu'un. "
Olivier Arseneault, interprète


---
" Pour le projet Sonore Dés_accord, je me souviens de ces flottements et de ces silences propres à Benjamin en plein milieu d’une intervention. Tout comme me reviennent ses élans qui nous propulsaient dans notre performance. L’homme en coulisse n’est pas moins coloré que ceux et celles qui ont accompagné sa pièce. "

Antoine Turmine, interprète

---
" Je garde en mémoire la bonté et l’humanité de Benjamin tout au long du processus. Toujours à l’écoute de l’ensemble de son équipe peut importe les circonstances, plus joyeuses comme plus tristes. Je garde en mémoire un chorégraphe qui n’hésitait pas à expérimenter d’abord lui même les portés, portant sur ses épaules les risques associés à l’expérimentation plutôt qu’à les imposer à l’autre."

Sandrine Martel-Laferrière, interprète

---


" La première fois où j'ai rencontré Benjamin, j'avais douze ans. Je jouais le rôle de Clara dans le Casse-Noisette des Grands Ballets canadiens, il jouait le rôle du Docteur Drosselmeyer, le parrain de Clara.
Du haut de mes même-pas-cinq-pieds, assise sur un banc, je l'ai vu arriver devant moi, ses genoux à la hauteur de mes yeux (ou presque...). J'ai levé lentement le regard jusqu'à trouver le sien. Ébahie, je ne lui ai pas dit bonjour, mais plutôt quelque chose comme "wow! T'es grand, toi!" Je n'avais jamais vu quelqu'un d'aussi grand!
Plus de vingt ans plus tard, du haut de mes cinq-pieds-un-pouce-et-demi, j'ai eu le plaisir de retrouver le grand Benjamin, dans un processus de création mémorablement parfait. Du vrai bonbon du début à la fin!
J'ai pu découvrir que Benjamin est d'une grandeur d'âme égale à sa taille. J'ai apprécié, à chaque répétition, sa douceur, sa gentillesse, son amour et son respect pour nous tous. Une attitude bienveillante qui se traduit par des formulations telles que "Je vous invite à vous placer en diagonale". C'est le genre d'invitation qu'on ne peut pas refuser! "
Mélissandre Tremblay – Bourassa, interprète

---

" Premièrement, dans les derniers jours, je suis allée sur le compte Instragram de Danse-Cité et je suis tombée sur cette photo prise en répétition. Je n'avais jamais vue la photo avant. Je pense que cette photo démontre absolument bien à quel point il était agréable de travailler avec Benjamin. On voit, dans mes yeux et dans ceux de Philippe, toute l'admiration, l'appréciation et l'ouverture que nous avions envers Benjamin. Travailler avec lui était un réel cadeau et je trouve que cette photo a su capter merveilleusement bien tout l'amour que l'équipe d'interprètes avons pour ce chorégraphe!

Deuxièmement, un souvenir d'un mauvais coup devenu un bon coup! Durant le solo que j'avais vers la fin du spectacle, il y avait une section au sol que nous appelions le breakdance. Pour être honnête, ce n'était pas ma partie préférée! Lors du 2e soir de spectacle, je me suis vraiment donnée dans mon interprétation pour ce breakdance, au point de frapper trop fort mon pied au sol et de me faire mal. Après un rendez-vous de physio le lendemain, un taping, du Voltarin et beaucoup de glace (ce n'était rien de bien grave!), Benjamin et moi avons décidé de modifier la section pour lui donner une nouvelle couleur et éviter que j'accroche la zone sensible, puisqu'il restait 6 spectacles à faire. Eh bien, cette nouvelle consigne me rejoignait beaucoup plus, et ce moment de breakdanceest rapidement devenu mon préféré de tout le spectacle! "
Stéphanie Boulay, interprète 

---
" L’heure de 17h30 à 18h30 chaque jour de spectacle m'est particulièrement mémorable où, danseurs et collaborateurs se retrouvaient pour échanger, récapituler, et préparer le meilleur spectacle pour notre public ce soir-là.

 

Dans le présent contexte de confinement et distanciation, les photos prises du “voyage collectif” à la fin du spectacle s’avèrent très touchantes pour moi car les interprètes sont cimentés l'un à l'autre, en chair et en esprit, l'aboutissement de tracées parsemés d'embûches et d'exaucements..."
Benjamin Hatcher, chorégraphe 

Photos © David Wong, Vanessa Fortin

6 mai, 2020

Des anecdotes, des événements inusités lors de la création d’INSCAPE - L'AUTRE MAINTENANT au stationnement Éthel il y en a eu des tas. Lieu atypique de création et de diffusion hébergeant une faune d’occupants colorés, nous nous sommes acclimaté.e.s au lieu, à cet étrange et immense studio, assez sale merci à balayer, balayer, balayer !

Une des anecdotes des plus marquantes est celle des plafonniers.

JOUR DE PREMIÈRE, 5h avant l’arrivée du public, j’arrive au « théâtre » Éthel. 

Au 4e étage, où débute le premier tableau du spectacle, je remarque des trous béants au plafond. Cinq des lampes que nous utilisons comme source d'éclairage in sitù ont été arrachées. Là où les ampoules devaient être changées pour le jour J, il n’y a plus rien, laissant tout le centre de la scène d’introduction du spectacle dans l’obscurité !

Milan : Hugo…la ville est passée, ils n’ont pas remplacé les ampoules des lampes du 4e comme prévu, ils les ont carrément arrachés les plafonniers… il n’y a plus de sources d’éclairage !!! Tu es au courant de quelque chose ?

Hugo: … j’arrive. 

Hugo Dalfond, concepteur éclairages d'INSCAPE, a sauvé la situation, se revirant sur un dix cents comme on dit, et a trouvé une façon d’éclairer la scène pour le soir venu ! Travailler in sitù c’est travailler avec le lieu et toutes ses réalités ! 

  

 

 

Il y a aussi eu : inventer une régie mobile : 

 

et tant d’autres...

-- Milan Gervais, chorégraphe & directrice artistique HUMAN PLAYGROUND
Photos © David Wong, Vanessa Fortin, Denis Martin

6 mai, 2020

C’est dans notre ADN d’être ensemble, de créer, de partager, de rêver, pas seulement comme artistes, mais simplement parce que c’est dans la nature humaine. Les théâtres de partout ont fermé leurs portes depuis plusieurs semaines. La distanciation physique est de mise et on s’ajuste à une nouvelle normalité que l’on espère éphémère mais qui le semble de moins en moins. Nous ne savons pas ce que sera l’automne, ni ce que nous réserve l’entièreté de la saison prochaine.

C’est ma première année à la direction artistique de Danse-Cité, à imaginer, à apprendre, à rêver, à discuter, à rencontrer, à partager, à cogiter. Et là, pouf, tout est gelé. Un grand vertige s’est installé et le temps n’a plus la même épaisseur. Au début, une urgence. L’urgence des annulations, des reports, une stupéfaction aussi et un désir de sauvegarder le plus possible. Aujourd’hui, c’est plutôt un questionnement qui surgit.

J’aime l’être ensemble de la danse et l’expérience que l’on y vit. La danse est dans la relation entre le danseur et le public, elle est aussi dans la relation des spectateurs entre eux, dans cette expérience. Alors oui, utiliser ce temps aujourd’hui pour revoir nos modes de création et permettre aux artistes de déployer d’une certaine façon ce sur quoi ils rêvent et bûchent depuis des mois, sinon des années. Et oui, intégrer les potentiels d’accessibilité que mettent en lumière, ou en action, la crise actuelle. Mais aussi et surtout, imaginer et préparer un retour de l’expérience scénique. L’art vivant ne va pas s’effacer et il est essentiel. J’ai hâte d’aller au théâtre même si les règles y doivent y être repensées.

La portée sociale et le potentiel poétique et politique de l’art vivant, de la danse, me semblent encore et toujours ce que l’on doit préserver et défendre, becs et ongles, dans la résilience et la créativité, avec une imagination élargie par les événements actuels.

Alors on continue, on reste présent.

- Sophie Corriveau
Directrice artistique et générale - Danse-Cité

3 avril, 2020

À VOUS,

NOTRE CHÈRE COMMUNAUTÉ ET NOS INDISPENSABLES PUBLICS,

Ensemble, nous devons prendre les mesures nécessaires pour endiguer la crise sanitaire que nous connaissons.

  • Parce que la santé de nos communautés compte, nous vous annonçons que la diffusion de Face-à-Face, la nouvelle création de Pétrus – Jérémie Niel en coproduction avec Danse-Cité, qui devait être présentée du 15 au 25 avril 2020 au théâtre La Chapelle – Scènes Contemporaines est annulée. Tous les détenteurs de billets seront contactés par la billetterie de La Chapelle dans les prochains jours. Pour toute question concernant la billetterie, merci de contacter : billetterie@lachapelle.org
  • Danse-Cité se doit également d’annuler toutes les activités connexes aux représentations, notamment le projet d’audiodescription à destination du public aveugle et amblyope, ainsi que la formation planifiée : «Devenir Narrateur et Narratrice en danse ».

Nous vous tiendrons informé.e.s de tous les développements, ainsi que les dates de report, dès que nous en saurons plus.

Jérémie Niel a un mot pour vous :

« Voilà. En pleine ascension, alors que nous nous perdions dans les méandres délicieux et douloureux de la création, en passe de mettre bas et de présenter au monde (du moins au public de La Chapelle) un enfant malcommode, émotif, ébouriffé, les yeux tristes et, nous le souhaitions, beau comme une auto qui brûle, des vents froids, plus forts que notre détermination, nous forcent à nous arrêter là et planter nos tentes à l’abri d’une roche. Pris là, les uns contre les autres, nous pouvons voir, par une craque, des étoiles briller avec résistance dans le ciel noir.

Et nous ne savons pas combien de temps nous devrons rester cachés, entassés, à jouer aux cartes et à boire doucement ce qu’il nous reste d’alcool. Mais nous savons que lorsqu’on nous autorisera à sortir, nous serons plus fous que jamais, avec l’envie brûlante de courir partout, d’hurler et de tout licher. Et c’est dans cet état que nous nous remettrons au travail pour vous présenter un Face-À-Face plus libre que jamais, certainement marqué du sceau de cette tempête. N’en doutez pas, nous reviendrons, le feu dans le ventre. » Jérémie Niel, via Pétrus // Page facebook

  • L’équipe de Danse-Cité a pris les mesures nécessaires pour respecter les consignes de distanciation sociale. Nous fonctionnons en grande partie en télétravail dans les semaines à venir.

Voici nos courriels pour nous rejoindre :

Sophie Corriveau – Directrice générale et artistique : sophiecorriveau@danse-cite.org

Éric Smith – Directeur administratif : administration@danse-cite.org

Maud Mazo-Rothenbühler – Directrice des communications : communication@danse-cite.org

Daniel Soulières – Fondateur : danielsoulieres@gmail.com

 

Nos cœurs et toutes nos actions sont en soutien aux artistes et à toutes leurs équipes, nos partenaires et collaborateurs, et pour envisager
un futur meilleur.

VOUS RETROUVER SERA UN PUR BONHEUR.

ALORS ENSEMBLE, FAISONS EN SORTE QUE CELA ARRIVE VITE !

Merci de votre compréhension, prenez soin de vous.

L’équipe de Danse-Cité : Sophie, Maud, Éric, Daniel

5 février, 2020

 

LA VIE ATTEND // CAM EN TOURNÉE

Chorégraphes : David Albert-Toth & Emily Gualtieri [Parts+Labour_Danse]
Interprétation : Joe Danny Aurélien, Marc Boivin,  Simon-Xavier Lefebvre, Milan Panet-Gigon & Nicolas Patry
(Une production Danse-Cité, septembre 2017- Agent Art Circulation )

- Les prochains rendez-vous -
FEV. 18 19h30 | Maison de la culture Janine Sutto (Frontenac)
FEV. 20 19H30 | Maison de la culture du Plateau Mont-Royal
FEV. 21 20h00 | Maison de la culture Villeray - St-Michel - Parc Extension (Claude Léveillée)

 

Photo © Guzzo Desforges

3 février, 2020

Danse-Cité, compagnie de recherche, création, production et diffusion en danse à Montréal, souhaite participer et encourager l’accessibilité universelle aux arts.


Grâce au précieux soutien financier du Conseil des Arts de Montréal - Programme “Pratiques inclusives” - et à un partenariat avec l’organisme de services en audiodescription Connec-T, nous développons un dispositif d’audiodescription d’une œuvre chorégraphique à destination du public déficient visuel, ainsi qu'une formation intensive pour former 5 ressources outillées au Québec en audiodescription d'oeuvres chorégraphiques. 

Pour l’occasion, Danse-Cité fait appel à une spécialiste française en audiodescription de spectacle chorégraphique contemporain, Valérie Castan, qui viendra à Montréal former 5 futur.e.s expert.e.s, ressources outillées au Québec en audiodescription d’œuvres chorégraphiques.

La formation se déroulera entre le 6 et le 24 avril 2020 en partenariat avec le Département de danse de l'UQÀM, et se conclura par une soirée de représentation avec audiodescription en direct le 24 avril 2020 lors de la représentation du spectacle FACE-À-FACE, pièce de danse-théâtre mise en scène par Jérémie Niel et chorégraphiée par Catherine Gaudet.

>> OFFRE DE FORMATION | DEVENEZ NARRATEURS & NARRATRICES EN DANSE <<

 

L'AUDIODESCRIPTION - Qu'est-ce ? 

Fréquent en cinéma et théâtre, le procédé de l’audiodescription consiste à décrire les éléments visuels d’une oeuvre à l’attention d’un public non-voyant et malvoyant pour en faciliter la compréhension. Il est accompagné d’un atelier en amont de la représentation destiné au public déficient visuel, pour se familiariser autant aux voix des artistes, à celle du descripteur, mais aussi aux éléments scéniques (décors, costumes, etc.).

En danse, le processus diffère quelque peu et nécessite l’élaboration d’une méthodologie et d’un vocabulaire spécifique à la danse. En assistant à plusieurs répétitions, à partir de trois semaines avant l’oralisation, le.la narrateur.rice s’approprie l’oeuvre et identifie le champ lexical utilisé venant enrichir la description. À l’issue du temps d’observation, un texte narratif est rédigé, base de l’oralisation qui aura lieu en direct.
En danse, de nombreux moments improvisés ou des altérations de durée rendent difficiles d’entrevoir une description autre qu’en direct. Ce texte pré-écrit devient alors une référence qui doit être préalablement intégrée pour faciliter l’oralisation en direct, le soir de la représentation.

Le soir de l’audiodescription, le/la narrateur. rice est placé.e dans un espace calme, équipé d’un écran qui diffuse le spectacle en direct, ainsi qu’une table de mixage, un micro et un casque audio.

3 février, 2020

Il me fait plaisir d’officialiser aujourd’hui la présence de Ellen Furey à titre de Conseillère à la programmation et aux activités artistiques de Danse-Cité. 

Ellen est une artiste que je tiens en haute estime. Parallèlement à son travail de créatrice, elle est profondément engagée dans une réflexion autour des enjeux sociaux et artistiques de notre milieu. Son regard sur l’art, son questionnement sur nos pratiques, sa curiosité et sa bienveillance envers les artistes et leur cheminement font d’elle une précieuse collaboratrice pour moi et l’équipe de Danse-Cité. 

Ensemble nous réfléchissons à l’actualisation de la mission et des valeurs de Danse-Cité, mais plus spécifiquement, Ellen m’accompagne dans les choix des programmations futures et dans la mise en place de nouvelles initiatives autour de ces programmations. Partager cette responsabilité et être en constante réflexion et discussion ouvrent à de nouvelles façons d’imaginer ce qui est important et ce qui est possible pour notre organisme.

Le conseil à la programmation et aux activités artistiques est un nouveau poste dans la structure de Danse-Cité. C’est un poste encore bien modeste, mais nous espérons dans le futur le pérenniser et le doter de moyens vers une plus grande envergure et une définition élargie. 

Le membres du Conseil d’administration et l’équipe de Danse-Cité souhaitent la bienvenue à notre nouvelle collaboratrice. Welcome Ellen!

Sophie Corriveau
Co-directrice générale et artistique

>> ELLEN FUREY - BIOGRAPHIE <<  

 

18 novembre, 2019

La saison 2019-2020 est déjà bien entamée. Chez Danse-Cité, c’est une année particulière, une année de transition et une année d’effervescence. Daniel Soulières et moi partageons la direction générale et artistique jusqu’à la fin mars, moment où Daniel quittera ses fonctions pour se tourner vers d’autres horizons. D’ici là, ce sont plusieurs jours, plusieurs conversations, plusieurs rencontres, plusieurs questionnements. C’est aussi un temps pour un réel transfert des connaissances au sein d’un organisme qui a près de 40 ans d’histoire et de vécu. Un temps de passation pour Daniel et un temps de cogitation pour l’équipe en place, Éric Smith, Maud Mazo-Rothenbühler et moi, autour des possibles du futur tant dans l’actualisation que dans le changement.

Lors de divers échanges avec les artistes et acteur.trice.s du milieu, je réalise que plusieurs connaissent bien l’organisme, mais que plusieurs le méconnaissent aussi. J’aimerais profiter de cette tribune pour mettre de l’avant les grandes lignes de ce qui constitue Danse-Cité aujourd’hui.

Depuis 1982, l’organisme a constamment évolué pour répondre aux besoins et réalités du milieu de la danse à Montréal et au Québec. Son histoire est plurielle et complexe, et je pourrais m’y attarder longuement, mais préfère ici plonger directement dans ce qu’est Danse-Cité maintenant.

Danse-Cité a toujours soutenu les artistes de l’idéation à la diffusion. Danse-Cité donne carte blanche à chacun.e des artistes qu’elle accueille. Danse-Cité s’investit financièrement dans toutes les étapes du processus de création et s’investit aussi dans la mise en marché de l’œuvre. Au cours des ans, Daniel Soulières a accueilli les artistes en tout temps afin qu’ils.elles puissent lui présenter leurs désirs et idées. Il a aussi été à la rencontre d’artistes avec, en main, une invitation ouverte pour les saisons à venir. Danseur lui-même, il a grandement contribué à la valorisation et l’émancipation des interprètes en danse contemporaine.

La programmation à Danse-Cité se prépare, en général, deux ans à l’avance pour que les artistes puissent faire les demandes de bourse nécessaires et recevoir les réponses des subventionneurs. L’apport de l’artiste a toujours été primordial. Le budget dont dispose l’organisme ne pourrait en effet subvenir à lui seul à quatre productions annuelles. C’est par un contrat de collaboration avec l’artiste que le tout se concrétise.

La saison 2020-2021 a été imaginée et préparée par Daniel Soulières. Mais ce sera aussi une saison dans laquelle s’instaureront de nouvelles idées, de nouvelles façons de faire.

Je suis dès maintenant accompagnée d’une conseillère à la programmation qui, pour des raisons administratives, ne vous sera présentée qu’en janvier prochain. C’est pour moi un essentiel. Discuter, échanger, faire rebondir la pensée avec une artiste d’une plus jeune génération, à l’affût d’autres façons de percevoir et d’imaginer. Nous serons ensemble, tant à l’écoute des artistes que dans la construction d’une identité renouvelée pour Danse-Cité. Une définition plus précise d’une vision artistique commune est aussi à venir.

J’ai à cœur de partager et d’entendre. La porte est ouverte, toujours, pour des échanges, des discussions.

Au plaisir,

Sophie Corriveau
Co-directrice générale et artistique | Danse-Cité
sophiecorriveau@danse-cite.org

 

 

18 juillet, 2019
  • Vous êtes étudiant.e.s et/ou avez 30 ans et moins ?
  • Vous n'y connaissez rien à la danse, mais vous avez décidé que votre saison 2019-2020 serait une année de découvertes ?
  • Vous voulez offrir les arts de la scène en cadeau à votre partenaire préféré.e, mais ne savez pas quoi choisir ?
  • Vous êtes un.e fidèle d'une seule salle de spectacle montréalaise, et aimeriez vous aventurer ailleurs ?
  • Vous voulez continuer de faire des sorties culturelles, mais votre portefeuille veut limiter les dégâts ?
  • Vous adoreriez acheter un billet pour un spectacle et avoir accès à des rabais dans de nombreux lieux culturels montréalais ?  
     

    NOTRE FORFAIT NOMADE ÉCONO EST FAIT POUR VOUS !

    Découvrir les oeuvres de Milan Gervais et Jérémie Niel - ou - George Stamos et Benjamin Hatcher - ou - Milan Gervais et George Stamos etc. ; naviguer avec Danse-Cité d'un stationnement à étages au théâtre La Chapelle - Scènes Contemporaines, en passant par le Théâtre Aux Écuries et en faisant un crochet par la salle du MAI (Montréal, arts interculturels). C'EST POSSIBLE ! 
     

    CRÉEZ VOTRE PARCOURS ARTISTIQUE, À VOTRE FAÇON ET À PETITS PRIX : 

  • AUDACE. DÉCOUVERTE. AVENTURES. SURPRISES.
    Rendez-vous à La Vitrine - votre guichet culturel.

    - PORTEFEUILLES FRIENDLY -

    www.lavitrine.com/Forfaits Danse-Cité
    ** Les prix incluent les taxes, mais pas les frais de service.